Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Quad 18 Organisation
  • Quad 18 Organisation
  • : Le but de notre association est de mettre en avant tout le savoir faire et les compétences des Sapeurs-pompiers qui leurs sont propre , l'association est ouverte à l’ensemble des Sapeurs-pompiers de France et au corps Médical travaillant au sein d'une structure d'urgence (SAMU). A ce jour nous sommes au nombre de 40 membres répartis dans plusieurs départements de France, (38 Siège du Quad 18),(60,07,67 Antennes du Quad 18),45,42,43,57,01,67,69,07) .
  • Contact

Profil

  • association quad 18 organisation
  •  Président de L'Association QUAD 18 ORGANISATION.
Sapeur-Pompier volontaire dans la Loire (42).
  • Président de L'Association QUAD 18 ORGANISATION. Sapeur-Pompier volontaire dans la Loire (42).

Partenaires

         Jean Luc Durieux St Maurice l'Exil 

 

Texte Libre

Archives

8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 11:47

 



Sécurité routière tiroir-caisse : Ensemble refusons le contrôle technique européen !
(le 31 août 2012)

Le contrôle technique des deux-roues motorisés (2RM), serpent de mer que la FFMC repousse régulièrement depuis plus de quinze ans, menace à nouveau en passant cette fois par le biais de l’Europe.

Un projet de règlement rédigé par la Commission Européenne va être débattu dans les tout prochains mois au Parlement Européen. Non seulement il concernera les 2RM (des cyclomoteurs aux gros cubes) mais aussi les voitures, avec un rapprochement notable de la périodicité des contrôles qui deviendra annuelle six ans après la mise en service du véhicule.

En effet, le premier contrôle interviendra quatre ans après la mise en service et le deuxième deux ans plus tard, comme aujourd’hui, mais le rythme deviendra ensuite annuel alors qu’il est biennal actuellement. Il y a donc une volonté clairement affirmée de renchérir le coût d’utilisation et d’entretien des véhicules qui se fera au seul détriment des usagers aux revenus modestes obligés d’acheter des véhicules d’occasion. Ceci est d’autant plus inacceptable que l’argument de la Commission pour justifier le renforcement du CT est un modèle de foutage de gueule : « …il est prouvé empiriquement qu’entre 5 et 6 ans d’âge, le nombre d’accidents graves mortels dus à des défaillances techniques augmente notablement… » On peut en conclure logiquement que la Commission Européenne fait preuve de malhonnêteté car elle ne peut pas prouver scientifiquement le bien-fondé de sa position.

Elle ne dispose d’aucune étude sérieuse et indépendante pour étayer sa thèse, les seuls chiffres sur lesquels elle s’appuie lui sont fournis par le lobby des contrôleurs techniques (Le DEKRA est abondamment cité dans la proposition de règlement). Bel exemple de rigueur, d’indépendance et d’honnêteté !

Si les véhicules de plus de 15 ans sont davantage impliqués dans les accidents mortels, ce n’est pas à cause d’une défaillance du véhicule, mais tout simplement que ces véhicules de cette époque n’étaient que rarement équipés d’airbag et d’ABS.

Alors que les études scientifiques sur le sujet concluent sur l’absence de lien entre mise en œuvre du contrôle technique et risque d’accident [1] , aussi bien pour les voitures que pour les deux-roues motorisés (moins de 1 % des accidents concernant les 2RM ont pour cause principale ou accessoire le mauvais état du véhicule, selon le rapport MAIDS), force est de voir dans cette offensive la réussite du lobby des chaines de contrôle technique qui compte sur une Europe qui marche sur la tête avec brio pour lui apporter une bouffée d’oxygène dans un marché en dépression.

La Commission européenne ayant publié son projet de règlement, la balle va maintenant passer dans le camp du Parlement Européen et du Conseil. C’est au niveau des parlementaires européens que cela doit se jouer.

La FFMC lance donc une action d’envergure nationale les vendredi 21 et samedi 22 septembre 2012.

 

Notre but est d’aller rencontrer sur tout le territoire national, le même jour, autant d’eurodéputés que possible, pour leur présenter nos doléances sur ce point en particulier et, tant qu’à faire, nos demandes légitimes concernant les réglementations européennes en matière de sécurité routière (normes pour les glissières de sécurité, homologation des véhicules, formation, etc.).

Les députés européens sont le seul maillon démocratique du processus législatif européen. A un moment où s’exprime sur tout le continent, dans un contexte de crise économique violente, un profond ras-le-bol des citoyens vis à vis d’une Europe ressentie comme oligarchique et technocratique, vendue à la cupidité de puissants lobbies qui n’ont que faire des intérêts des citoyens, une Europe sourde et aveugle aux dures réalités vécues par ces derniers, nous souhaitons que les euro-députés mesurent le profond malaise qui frappe les populations européennes et jouent leur rôle de représentants légitimes des peuples en écoutant leurs doléances.

Suivant les départements, des manifestations seront organisés, des « visites » des centres de contrôle technique, des cortèges pour aller rencontrer des députés européens, etc … Dans les pays frontaliers de la Belgique (Pays bas notamment, et dans le nord de la France), des rassemblements sont organisés pour rallier Bruxelles et y exprimer la colère des motards. Renseignez vous auprès de votre antenne départementale de la FFMC. Mais la FFMC ne sera pas la seule à agir : Partout en Europe, les associations de motards feront de même ! Cliquez sur ce lien pour en voir le détail.

D’autre part, ce contrôle technique européen uniformisé n’est pas seulement une attaque frontale contre les motards mais aussi contre tous les automobilistes. C’est pourquoi, nous appelons ces derniers à se joindre à nous pour faire échec à cette politique de racket inacceptable au travers de l’Union des Usagers de la Route.

Bien entendu, nous devons également nous faire entendre du gouvernement français qui a une voix importante au niveau du Conseil. Un rendez-vous avec le nouveau Délégué interministériel à la Sécurité Routière est d’ores et déjà calé pour le 18 septembre.

Réservez déjà la date du 22 septembre dans vos agendas et contactez votre antenne départementale de la FFMC pour l’aider dans les actions qui seront à mener ! Ceci n’est que le début d’une longue bataille !

Vous pouvez également soutenir la FFMC en adhérant.

JPEG - 387.4 ko
SATO-ct-4-ffmc-sml-aout2012

Vous pourrez aussi vous procurer l’anti vignette du contrôle technique auprès de votre antenne départementale de la FFMC ou auprès de la FFMC Nationale (envoyez une enveloppe timbrée à votre adresse et un timbre (à 50 centimes minimum) par vignette souhaitée pour couvrir les frais d’impression des autocollants à FFMC -TN - 1 rue du parc des sports, 14000 Caen.

Pour plus de détails et d’arguments sur les raisons de notre rejet du contrôle technique, consultez notre site thématique dédié.

Consultez également dans les documents joints à cet article :

PDF - 83.5 ko
projet de règlement Européen
PDF - 355.8 ko
projet de règlement Européen-Annexe
PDF - 160.3 ko
Mémo de la Commission Européenne
JPEG - 451.6 ko
FFMC-ct-sml
JPEG - 984.4 ko
Mobilisation contre le CT

 

 

 

[1] (- Cost effectiveness of periodic motor vehicle inspection, April 1999. Une revue de littérature est faite sur le sujet, la plupart des études n’ont pas montré de liens entre le contrôle technique et les accidents des véhicules.
- Stein Fosser, 1992. An experimental evaluation of the effects of periodic motor vehicle inspection on accident rates. AAP. Cette étude n’avait pas montré d’effets du contrôle technique sur la sécurité routière. »
- Peter Christensen, Rune Elvik 2007 : Cette étude confirme ce que de nombreuses études avaient déjà montré à savoir que le contrôle technique périodique n’a pas d’effet sur la sécurité routière.)

Repost 0
Published by association quad 18 organisation - dans Sécurité routière
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 11:43

Aussi tristounette qu'elle soit parfois (lire notamment notre Dossier spécial CISR), l'actualité moto n'en demeure pas moins particulièrement poilante à ses heures ! C'est le cas avec la réaction de la Direction de la sécurité et de la circulation routières (DSCR) à notre article d'avant-hier, dans lequel nous avions souligné la non conformité du brassard fluo officiel (lire MNC du 4 janvier 2011 : équipements rétro-réfléchissants obligatoires en 2013).

Une mauvaise foi rétro-réfléchissante ?

Soulevée hier par Moto-Net.Com au ministère de l'intérieur (lire MNC du 5 janvier 2011 : augmentation de la taille des plaques pour les motos), cette "non conformité" pour cause de surface rétro-réfléchissante insuffisante avait fait sourire Claude Guéant : "oh, il suffira juste de l'étirer un peu", avait plaisanté le premier flic de France.

Aujourd'hui, la DSCR nous fait savoir par écrit que notre affirmation selon laquelle le brassard officiel n'est pas conforme "n'est pas justifiée", car il "répond à la norme EN 13356 qui fixe la qualité de rétro réflexion". Sauf qu'à aucun moment nous n'avons émis le moindre doute sur la composition technique du brassard...

Un brassard sur chaque bras !

brassard-retro-reflechissant

A propos de la surface non réglementaire du brassard (25 x 5,8 cm = 145 cm2 au lieu des 150 cm2 fixés par l'arrêté du 3 janvier 2012), la DSCR poursuit en nous signalant que "ce brassard là n'est qu'un exemple". Elle estime qu'il "fait exactement 144 cm2 (sic) au lieu de 150" et qu'on est donc "quasiment dans la marge d'erreur" !

 

Nous sommes donc enchantés de découvrir non seulement l'existence de cette "marge d'erreur", mais aussi qu'elle est "quasiment" respectée. Et surtout, on découvre au sein de la Sécurité routière un rayon "trucs et astuces" aussi insoupçonné que bien achalandé : il suffira pour être aux normes, nous assure-t-on du côté de la DSCR, de "porter deux brassards (un sur chaque bras) afin de doubler la surface rétro-réfléchissante" !

Car c'est bien connu : c'est plus simple - et surtout beaucoup plus économique en temps de crise ! - de fabriquer et faire distribuer deux brassards de 145 cm2 plutôt qu'un seul de 150...

Repost 0
Published by association quad 18 organisation - dans Sécurité routière
commenter cet article
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 15:49


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La colère gronde déjà du côté de la FFMC et les réactions sur les réseaux sociaux ne se sont pas fait attendre. Le fameux dispositif « auto-réfléchissant » qui a créé le scandale en mai dernier revient dans l’actualité sous forme de décret. Ce qui veut dire qu’il sera rendu obligatoire le 1er janvier 2013.

Les conducteurs et les passagers de deux-roues de 125 cm3 et plus devront porter un vêtement auto-réfléchissant (150 cm2). C’est fait puisque cela est paru dans le journal officiel hier (NOR : IOCA1126729D N°2012-3). Passant outre la colère des motards, Claude Géant à joué l’âne bâté en allant jusqu’au bout de sa proposition farfelue. De plus le passager est maintenant aussi concerné.

Cerise sur le gâteau, si vous décidez tout de même de ne pas le porter, vous serez soumis à une amende de 68 euros et le retrait de 2 points sur le permis de conduire (histoire d’être sur qu’on le porte).

La FFMC signale au passage que le motard porte déjà des systèmes auto-réfléchissant sur ses équipements : 4 sur le casque et souvent également sur la veste. De plus, en pleine journée, ces dispositifs maintenant obligatoires ne servent à rien puisqu’ils fonctionnent avec la réflexion des phares.

De nombreuses études ont démontrés que le manque visibilité des motards était du à l’inattention des autres conducteurs sur la route. Un problème de formation à la base, un manque de prise en compte de notre catégorie.

Apparemment, Monsieur Géant n’a pas retenu la leçon des effets d’annonce de mai dernier. En période électorale, ça sent mauvais…

Repost 0
Published by association quad 18 organisation - dans Sécurité routière
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 17:51


Le nouveau permis de conduire toujours à points, miniaturisé, pucé, traçable et, espère-t-on, infalsifiable est... à point. Il est donc prêt à être servi et les plats repasseront jusqu'en 2033 pour mettre à ces nouvelles formes les quelques quarante millions de cartons roses délivrés avant le 19 janvier 2013. Il faut donc se préparer à des démarches administratives pour entrer dans le rang, se faire une beauté pour être potable sur la nouvelle photo et penser à faire un chèque pour le dossier, même si aucune somme n'a encore été avancée par nos décideurs. Une procédure à renouveler tous les quinze ans !

On avance l'harmonisation européenne et quelques facilités de contrôle pour célébrer l'avènement. Par exemple, on pourra se connecter sur le site du ministère de l'Intérieur pour consulter son solde de points. Comme ça, ledit site saura que vous êtes au courant de votre capital. Finis les courriers égarés d'information à ce sujet !

Ceci dit, le nouveau sésame n'est pas anodin pour le monde de la moto, et il va façonner, comme toujours le marché. Ainsi, le permis A1 pour les motos jusqu'à 125 cm3 restera accessible à partir de 16 ans. Un permis intermédiaire fera son apparition, le permis A2 pour les motos entre 125 et 600 cm3, accessible à partir de 18 ans, selon le ministère. Après deux ans, le titulaire de ce permis pourra accéder au permis A sous réserve d'une formation de sept heures. Mais le même permis A, sans limite de cylindrée, sera directement accessible à partir de l'âge de 24 ans.

Dernière nouveauté: une nouvelle catégorie de permis sera créée à partir de 2013 pour conduire un cyclomoteur de 50cm3: le permis AM. Pour le décrocher, il faudra avoir 14 ans, avoir réussi une épreuve de code de la route et suivi une formation de sept heures dans une école de conduite. Roulez jeunesse !

Repost 0
Published by association quad 18 organisation - dans Sécurité routière
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 17:49
Repost 0
Published by association quad 18 organisation - dans Sécurité routière
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 17:38

Afin d'inciter les usagers de la route à troquer leurs trop efficaces "avertisseurs de radars" contre des "outils d'aide à la conduite" moins performants, Inforad propose une offre de type "prime à la casse" aux acheteurs de son dernier modèle, le Ci.

 

Pour tout achat d’un Inforad Ci (229 €), la société française fondée en 2003 par Jean-Georges Schwartz rachète votre avertisseur de radars de marque concurrente à hauteur de 60 € et vous offre l'abonnement mensuel.

 

Les actuels clients de la marque ne sont pas oubliés, puisque les anciens modèles d'Inforad sont repris 80 € lors de l'achat d'un Ci.

 

Cette opération commerciale fait suite au protocole signé entre le gouvernement et l'AFFTAC (lire MNC du 29 juillet 2011) qui oblige les fabricants à commercialiser des dispositifs nettement moins précis que les produits d'ancienne génération : 500 mètres en ville, 2 km hors agglomération et 4 km sur autoroute (lire MNC du 25 octobre 2011 : nouveaux avertisseurs radars, pareils... mais moins précis).

Repost 0
Published by association quad 18 organisation - dans Sécurité routière
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 17:35

Interrogé par le député (UMP) de l'Isère (38) Jacques Remiller sur "l'annonce de la fin de la limitation à 100 chevaux" pour les motos circulant en France, le ministre de l'intérieur a fait une réponse particulièrement molle et insipide qui prépare néanmoins le terrain pour la suppression de cette spécificité française en 2013. Explications.

"Instaurée en 1984 (...), cette réglementation est aujourd'hui remise en cause par la Commission européenne (...) qui pourrait faire disparaître le régime dérogatoire accordé à la France en 1995 lui permettant d'interdire l'immatriculation, sur son territoire, des motocyclettes de plus de 73,6 kilowatts (c'est-à-dire 100 chevaux)", rappelle M. Remiller, qui s'était notamment fait connaître de nos lecteurs en demandant le port du gilet jaune pour tous les engins motorisés non carrossés" (lire MNC du 15 février 2010 : le gouvernement n'écarte pas le gilet jaune obligatoire)...

Du gilet jaune aux 100 chevaux...

Reprenant mot pour mot la question déjà posée en mars par le député (UMP) du Haut-Rhin (68) Éric Straumann (lire MNC du 9 mars 2011), M. Remiller rappelle qu'à ses débuts en 1984, "cette limitation a été instaurée pour réduire le nombre de motards accidentés sur les routes".

Soulignant que "cette réforme n'a eu, semble-t-il, pour effet que de les exposer à une précarité importante en cas d'accidents, puisque les assureurs refusent la prise en charge de sinistre impliquant une moto remise dans sa configuration d'origine", le député cherche donc à connaître "la position du gouvernement sur cette disposition et, le cas échéant, à quel moment elle pourrait être supprimée en France".

Contreplaqué 24 carats

Les lecteurs de Moto-Net - qui, comme chacun sait, ont un peu plus de chance que les autres - se souviennent de la réponse en contreplaqué 24 carats du ministre de l'intérieur à M. Straumann, qui illustrait bien l'inconfort d'un gouvernement coincé entre son obsession du risque zéro politiquement correct et les impératifs communautaires (lire MNC du 9 mars 2011 : le ministre de l'intérieur joue la langue de bois).

Aujourd'hui, le locataire de la Place Bauveau ménage toujours avec une admirable virtuosité la chèvre (sécuritaire) et le chou (de Bruxelles !), mais laisse entrevoir que le gouvernement n'aura vraisemblablement pas d'autre choix que de se conformer aux prescriptions européennes (lire notamment MNC du 1er octobre 2010 : l'UE veut mettre fin à la loi des 100 chevaux et MNC du 31 janvier 2011 : l'UE dessine l'avenir de la moto et du scooter).

Reprenant lui aussi un copié-collé de la réponse faite en mars (lire MNC du 9 mars 2011), le ministre rappelle que "la suppression du bridage n'est pas neutre" (en mars elle n'était pas "anodine", NDLR) et qu'il convient de "l'évaluer au regard du message des pouvoirs publics en direction des usagers concernés" (en clair : après tout ce qu'on vient de leur mettre, il faut se débrouiller pour avoir l'air cohérent, NDLR).

"Le gouvernement est naturellement attentif à l'avancement des travaux menés au niveau communautaire (sans blague ?, NDLR) et procèdera, le cas échéant, à l'adaptation de la réglementation actuellement en vigueur dès la publication du texte communautaire", lâche enfin le ministre... Affaire à suivre naturellement sur Moto-Net.Com : restez connectés !

Repost 0
Published by association quad 18 organisation - dans Sécurité routière
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 18:00
News nationale du 18/10/2011
Martin est décédé le 19 juillet 2010, en percutant à moto un câble tendu en travers d'une digue du Petit-Rhône, piste carrossable de 3.80 m de largeur. Il y a un an déjà, nous avions relayé l'appel à témoignages lancés par ses parents.

Depuis, le dossier parait s'être enlisé, et il semblerait que le juge d'instruction décide bientôt d'un non-lieu. En clair, cela reviendrait à conclure à un banal accident de la circulation imputable au conducteur et à lui seul. Comme dans la plupart des accidents de ce type...

Pourtant, Martin n'a pas commis une faute de conduite. Il a heurté un câble d'acier non signalé, tendu en pleine ligne droite, et rendu invisible par le soleil de face.

Et que constate t-on ?
Que la question qui revient le plus souvent dans ce dossier est : "Martin avait-il le droit de circuler sur ce chemin ou pas ?". Pour notre part, nous estimons que peu importe la réponse à cette question, car circuler sur une voie interdite n'est en aucun cas une infraction sanctionnée par la mort.

A nos yeux, la vraie question est tout autre : "Ceux qui ont décidé l'installation de ce câble ne pouvaient-ils pas se douter de l'extrême dangerosité d'un tel dispositif ?"Seul un procès peut nous fournir la réponse. Seul un procès peut avoir le retentissement suffisant pour que d'autres gestionnaires de voies ne prennent pas les mêmes décisions irréfléchies.

Comme Françoise et Jean-Michel Pugliesi, et comme malheureusement d'autres familles endeuillées, nous souhaitons que la justice arrête d'éluder cette question de la responsabilité des poseurs d'obstacles non signalés. Qu'elle cesse de rejeter l'entière faute sur les conducteurs, comme si le droit de clore son bien autorisait le propriétaire à le faire de manière dangereuse voire mortelle.

Il faut enfin que la proposition de loi du député Michel Vauzelle, visant à interdire ce type de dispositif dangereux, soit votée au plus vite par nos parlementaires. A cette fin, le Codever continuera à sensibiliser ces derniers pour tenter de faire aboutir cette proposition de loi.


Lien vers l'article du Midi Libre du 11/10/2011 : http://www.midilibre.fr/2011/10/10/vers-un-non-lieu,400359.php


Articles précédents :
Faire adopter la proposition de loi Vauzelle, et vite ! (18/03/2011)

Appel à témoignages - DIGUES DU RHONE ET DU PETIT RHONE (08/10/2010)

Une proposition de loi pour préserver la sécurité des randonneurs (26/11/2010)
Repost 0
Published by association quad 18 organisation - dans Sécurité routière
commenter cet article
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 20:28

 

La Renault Mégane III RS vient remplacer la Subaru à la BRI de Rives.

La Renault Mégane III RS vient remplacer la Subaru à la BRI de Rives.

 
  • La Renault Mégane III RS vient remplacer la Subaru à la BRI de Rives.
  • La Renault Mégane III RS vient remplacer la Subaru à la BRI de Rives.
  • La Renault Mégane III RS vient remplacer la Subaru à la BRI de Rives.
  • La Renault Mégane III RS vient remplacer la Subaru à la BRI de Rives.
  • La Renault Mégane III RS vient remplacer la Subaru à la BRI de Rives.

Si en ce week-end, vous avez tendance à appuyer un peu trop fort sur le champignon, vous risquez de voir fondre dans votre rétroviseur le nouveau bolide de la gendarmerie : la Renault Mégane RS.

Voilà plusieurs mois que la Subaru de la BRI, brigade rapide d’intervention de Rives, était au rebut, affichant ses 260 000 km ! Et la remplaçante, la Renault Mégane III RS, se faisait plus qu’attendre. Mais cela n’est plus que du passé. Ce jeudi, la BRI (brigade de recherches et d’interventions) de Rives a découvert son nouveau bolide. « Elle peut atteindre les 255 km/h »

« Une très bonne accélération, dans les quatre premiers rapports, là est le plus par rapport à la Sub’», livre l’adjudant-chef Chazal de la BRI de Rives. « Cette accélération fulgurante nous permet de rejoindre le contrevenant au plus vite. Et s’il le faut, elle peut atteindre les 255 km/h ! », assure-t-il.

Et pour prendre en main ce nouveau bolide, les cinq gendarmes de la BRI de Rives ont reçu une formation spécifique sur le circuit de Bresse. Et les premières impressions sont plutôt favorables. « Son accélération est déconcertante, y compris en 6 e. Elle dispose également d’un freinage très endurant. Ce qui est essentiel pour la sécurité ».

Et bien entendu, traquer les grands excès de vitesse sur le réseau autoroutier reste l’apanage des BRI. Et les gendarmes constatent de nouvelles tendances dans cette délinquance routière. « Les Helvétiques ont tendance à s’assagir, ils ont compris que nous occupions le terrain sans relâche. Leurs excès restent inférieurs à 50 km/h au-dessus de la vitesse autorisée. Ils conservent ainsi leur permis. À l’inverse, les Français ont tendance à rouler plus vite, notamment les jeunes conducteurs. Cette tendance est inquiétante, car ces jeunes gens n’ont guère d’expérience au volant et n’ont pas encore acquis tous les réflexes si un problème survient ».

Dès ce week-end, les usagers des autoroutes iséroises risquent de croiser le bleu de la Mégane, un bleu rappelant la grande époque des Alpines. Et les gendarmes de la BRI préviennent : « La Subaru avait disparu du paysage autoroutier depuis plusieurs mois. Dès aujourd’hui, la Mégane occupe à nouveau le terrain ».

Faites attention à votre compteur !

Repost 0
Published by association quad 18 organisation - dans Sécurité routière
commenter cet article
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 14:15
Repost 0
Published by association quad 18 organisation - dans Sécurité routière
commenter cet article